Santé de la prostate : Problèmes, symptômes et solutions

Santé de la prostate: Problèmes, symptômes et solutions

Il n’y a pas que le cancer de la prostate.

La prostate …

Bien qu’on en entende beaucoup parler, cet organe demeure plutôt méconnu. Comme la prostate fait partie de l’appareil reproducteur masculin interne, il est impossible la voir, ce qui ajoute à son mystère.

Septembre marque le mois de la sensibilisation au cancer de la prostate. C’est pourquoi nous souhaitons répondre à vos questions au sujet de la prostate et démystifier les problèmes, les symptômes et les solutions liés à la santé de la prostate.

Découvrez l’état de santé de votre prostate avec votre score International Prostate Score Symptom (IPSS) en répondant à 7 courtes questions à la fin de cet article, ou téléchargez le PDF ici.

Qu’est-ce que la prostate et quel est son rôle ?

La prostate fait partie du système reproducteur masculin. Il s’agit d’une petite glande de la taille d’une noisette se trouvant sous la vessie à l’avant du rectum et dont la principale fonction est d’alimenter le sperme en liquide et nutriments.  Les cellules prostatiques (de la prostate) sont produites par l’entremise de la testostérone sécrétée d’après les testicules.1

Quelles sont les problématiques associées à la prostate ?

Pour des raisons d’ordre hormonales, la prostate est une glande qui est sujette à subir des problématiques. Certaines sont mineures, alors que d’autres peuvent présenter un danger réel pour la vie de l’homme.

La problématique la plus encourue est l’hypertrophie bénigne de la prostate.

La prostate peut aussi devenir enflammée; c’est le cas de la prostatite.

Finalement, les cellules prostatiques peuvent se reproduire de façon anormale; c’est le cas du cancer de la prostate.

Découvrez l’état de santé de votre prostate avec votre score International Prostate Score Symptom (IPSS) en répondant à 7 courtes questions à la fin de cet article, ou téléchargez le PDF ici.

Qu’est-ce que l’hypertrophie bénigne de la prostate ?

L’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) est une condition qui se traduit par l’élargissement du volume de la prostate sans présenter une menace pour l’état de santé. Bien que cette problématique soit inconfortable et incommodante, elle n’augmente pas pour autant les risques de cancer de la prostate.

L’élargissement bénin de la prostate affecte la moitié des hommes entre 51 et 60 ans et jusqu’à 90% des hommes de plus de 80 ans. Puisque la prostate est une glande dont la croissance se poursuit tout au long de la vie adulte, l’âge est le facteur de risque déterminant de l’élargissement de la prostate. Toutefois, ce ne sont que 50% des hommes affectés par l’HBP qui développeront des symptômes. Un faible pourcentage de ces hommes rencontreront également des complications reliées à l’HBP.2

L’élargissement de la prostate peut causer des inconforts urinaires et avoir un impact négatif sur la qualité de vie. C’est pourquoi il est important d’avoir recours à une aide professionnelle pour contrôler les symptômes et diminuer les effets négatifs associés à l’hypertrophie. Parfois, de simples conseils de vie pratique vont suffire à améliorer la qualité de vie des hommes. D’autres fois, il faudra se tourner vers des options de traitement plus spécifiques.

Qu’est-ce que la prostatite?

La prostatite est une inflammation de la prostate pouvant être aiguë ou chronique, causée ou non par la présence de bactérie. En raison de ces variantes, il existe quatre (4) types de prostatites.

Le premier type est la prostatite bactérienne aiguë. Peu fréquente, elle est causée par une bactérie et les symptômes associés à cette prostatite apparaissent soudainement. Les hommes qui la contractent ont généralement un historique de troubles urologiques.3

Le second type est la prostatite bactérienne chronique. Elle est, encore une fois, causée par une bactérie, mais les symptômes ont tendance à apparaître et se résorber à répétition. L’historique urologique est un facteur de risque important et elle semble prédominante chez les hommes atteints d’hyperplasie bénigne de la prostate.3

Le troisième type est la prostatite chronique non bactérienne. On y fait aussi référence sous le syndrome de la douleur pelvienne chronique. L’inconfort causé par ce syndrome n’est pas d’origine bactérienne, mais bien par une inflammation et incommode 95% des hommes atteints par la prostatite. Cette manifestation cause de l’inconfort urinaire bien réel pouvant porter atteinte à la qualité de vie de l’homme.3

Le quatrième type est la prostatique inflammatoire asymptomatique. Dans ce cas, l’inflammation de la prostate est généralement détectée lorsqu’un bilan sanguin est effectué pour un autre trouble d’ordre immunitaire, sexuel ou urologique, alors que l’homme ne ressent aucun symptôme lié à la prostatite. Ce type de prostatite ne requiert aucun traitement.3,4

Quand il s’agit du cancer de la prostate …

Chez un individu en santé, les cellules du corps se divisent et se reproduisent selon un système organisé nommé la mitose.  Il s’agit d’un cycle naturel de division cellulaire permettant aux cellules de se régénérer pour ainsi maintenir l’intégrité des tissus du corps.

Toutefois, lorsque les cellules se divisent de façon anormale et incontrôlable en suivant un cycle désorganisé, une tumeur cancéreuse peut se former.

C’est ce qui se passe dans les tissus prostatiques en cas de cancer de la prostate.

Au Canada, le cancer de la prostate affecte 1 Canadien sur 7. Il s’agit du cancer le plus répandu chez les hommes. Le cancer de la prostate progresse généralement lentement. Toutefois, ce cancer peut aussi migrer vers d’autres parties du corps, dont les ganglions, les os et les organes. C’est ce qu’on appelle un cancer métastatique et il s’agit de la forme la plus menaçante du cancer de la prostate. Lorsqu’un cancer forme des métastases, les tissus et structures atteintes deviennent sensibles et douloureux. À titre d’exemple, si le cancer de la prostate s’est métastasé ou répandu dans l’os de la hanche, celui-ci sera douloureux.

Le cancer de la prostate est bien souvent asymptomatique, ce qui veut dire qu’il n’engendre pas de symptômes. C’est pourquoi il est recommandé que les hommes reçoivent des tests de dépistage fréquents, selon les recommandations en vigueur. En l’absence de symptômes et de dépistage, plusieurs années peuvent s’écouler avant que la problématique ne soit détectée.5,6

Qui peut être atteint du cancer de la prostate ?

Tous les hommes peuvent être atteints du cancer de la prostate, mais le risque est plus élevé lorsque l’homme :

  • Comporte des antécédents familiaux de cancer de la prostate ;
  • A plus de 50 ans ;
  • Est d’origine Afro-Américaine ou Afro-Caribéenne ;
  • A un surplus de poids ;
  • Est diabétique ;
  • N’a pas des bonnes habitudes alimentaires ;
  • Ne fais pas d’exercice physique.1

Quels sont les signes indiquant un trouble de la prostate ?

En plus d’être accotée sur la vessie, la prostate englobe l’urètre, petit canal urinaire allouant le débit d’urine. Or, en raison de cet emplacement anatomique, la majorité des symptômes associés aux problèmes de la prostate sont d’ordre urologique (urinaire). Il est aussi possible d’éprouver des troubles éjaculatoires. Les symptômes les plus rapportés sont : 

  • Urgence urinaire ;
  • Brûlure ou douleur à l’urination ;
  • Besoins fréquents d’uriner la nuit ;
  • Difficulté à commencer, arrêter ou contrôler le flot urinaire ;
  • Incontinence : incapacité à contrôler l’émission d’urine ;
  • Faible flot urinaire ;
  • Vidange incomplète de la vessie ;
  • Éjaculation douloureuse ;
  • Perte de libido ;
  • Présence de sang dans le sperme ou l’urine ;
  • Enflure dans les jambes, les pieds ou le bassin ;
  • Perte de poids soudaine.7

Un homme qui expérimente des symptômes listés ci-haut devrait immédiatement consulter un médecin.

Tristement, la recherche démontre que les hommes sont deux fois moins enclins que les femmes à recourir à l’aide médicale ou professionnelle lorsqu’un problème de santé survient. C’est pourquoi le support de l’entourage est primordial. Famille et amis peuvent tous sensibiliser les hommes à l’importance de la santé prostatique.8

Quels sont les tests de dépistage de troubles de la prostate offerts ?

En raison de la forte incidence des troubles de la prostate, il est recommandé que les hommes soient testés régulièrement. Il s’agit, en quelque sorte, de l’équivalent du dépistage du cancer du sein chez la femme.

La prise de sang mesurant le niveau d’APS (antigène prostatique spécifique) est une méthode utilisée pour détecter certains troubles de la prostate, dont la prostatite et le cancer. Le test d’APS est un moyen simple, efficace et non invasif de dépister les troubles de la prostate dès que l’homme présente des facteurs de risque ou des symptômes. Il s’agit toutefois d’une pratique controversée, puisqu’elle peut mener à des tests supplémentaires inutiles.1

Le test de palpation, ou toucher rectal (TR) permet de détecter des bosses, zones rigides et/ou irrégulières de la prostate. Le toucher rectal est effectué par un médecin ou urologue grâce à une main gantée et lubrifiée. Bien que ce test puisse porter atteinte à l’intimité, il est effectué avec beaucoup de minutie et n’engendre généralement pas de douleur. Autrefois considéré comme le test de prédilection, les données récentes démontrent que la palpation est moins efficace que la prise de sang, ce qui questionne l’intérêt de la pratiquer de routine. Selon le rapport effectué par l’urologue Dr. Ryan Terlecki ayant recueilli des données auprès de 38 000 hommes, le toucher rectal à lui seul n’améliore ni le pronostic, ni le dépistage du cancer de la prostate.1, 9

La biopsie prostatique est effectuée afin de confirmer les résultats obtenus via la prise de sang ou le toucher rectal. Cette pratique, effectuée sous anesthésie locale, sert entre autres à détecter la présence de cancer. Il s’agit d’un test invasif, mais de courte durée.1

Améliorer la santé de ma prostate en cliquant ici!

Existe-t-il des approches naturelles ou des thérapies complémentaires pour soigner la prostate ?

Il est possible de soutenir la santé de la prostate ainsi que ses fonctions par des approches naturelles.

Tout d’abord, l’alimentation occupe une place importante autant dans la prévention que dans l’amélioration des troubles prostatiques. Certains aliments sont connus pour améliorer la santé de la prostate. Il s’agit des tomates, du brocoli, des légumineuses, de soya, de thé vert, du poisson, de la pomme grenade et de l’huile d’olive.10, 11

Lorsque les troubles de la prostate entraînent de l’inconfort urinaire, la physiothérapie peut venir en aide. En effet, tel que décrit par Marie-Ève Bérubé, physiothérapeute en rééducation périnéale et pelvienne, PhD candidate et propriétaire de la Clinique Pelvi-Solutions à Gatineau : « La physiothérapie peut venir en aide aux hommes ayant des difficultés urinaires accompagnées ou non de [sensation de] brûlure. Nous travaillerons le relâchement, le renforcement et la coordination des muscles pelviens pour améliorer le contrôle et la fonction urinaire. [Optimiser] la fonction musculaire par différents exercices favorise l’évacuation de l’urine, allège les symptômes et peut favoriser la récupération à la suite d'une chirurgie. »

Marie-Ève Bérubé note aussi l’importance du bilan urinaire effectué par le physiothérapeute. « Le bilan urinaire [illustre] tous les comportements en lien avec le système urinaire incluant les habitudes alimentaires et urinaires. Parfois, il suffit d’instaurer des modifications comportementales [causant] l’urgence urinaire. »

Selon le Centre Intégratif d’Urologie, plusieurs modifications comportementales aident à diminuer les risques de cancer de la prostate et à améliorer son pronostic dont :

  • Le maintien du poids santé ;
  • La prise d’antioxydants via les fruits, légumes et les produits de santé naturelle ;
  • La réduction de l’inflammation chronique par la prise d’Oméga 3 et de curcumine ;
  • La détoxification : transpiration, bon transit intestinal, exercice physique et cure du foie ;
  • La prise d’anticancer naturel dont le champignon maïtaké ;
  • La réduction de l’exposition au bisphénol A (BPA) ;
  • La réduction de l’exposition aux pesticides ;
  • La moindre consommation de viande rouge et produits laitiers d’élevage conventionnel ;
  • La moindre consommation de boissons caféinées et alcoolisées.12

 

Finalement, dans le domaine de la santé naturelle et de la médecine populaire, le palmier nain (serenoa repens) est considéré comme un extrait botanique de prédilection en matière de santé prostatique. En effet, des études ont démontré son efficacité à diminuer les symptômes associés à l’HBP et l’inflammation prostatique. On rapporte jusqu’à 90% des hommes ayant une amélioration des symptômes suite à l’utilisation du palmier nain pendant 4 semaines.13

Vous trouverez dans toutes les succursales de La Boîte à Grains, Prostate 1, le seul extrait botanique de palmier nain ayant des preuves d’efficacité clinique. Prostate 1, manufacturé par la compagnie suisse A. Vogel, prévient et soulage les symptômes de l’hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) et diminue les symptômes urinaires incommodants.

Améliorer la santé de ma prostate en cliquant ici!

Comme septembre marque le mois du cancer de la prostate, nous vous invitons à discuter avec les hommes de votre entourage pour les inciter à prendre leur santé à cœur et à consulter en cas de doute face la santé de la prostate. En parlant de Prostate 1 aux hommes de votre entourage, vous pourriez avoir un impact positif sur leur qualité de vie.  

Prostate 1 est disponible en 2 formats : 30 et 60 capsules. Vous n’avez qu’à prendre 1 capsule 1 fois par jour avec de l’eau après un repas. Prostate 1 commence à agir dès les premières doses, mais son effet maximal peut prendre un certain temps avant de se faire sentir. Découvrez-en plus sur Prostate 1 ici!

Bonne santé de la prostate!

Véronique Cousineau; ND
verosante.com

Télécharger le PDF

Santé de la prostate : Problèmes, symptômes et solutions

Sources

1: Cancer de la Prostate Canada.

2 : Martin, P. MD., Razvi, H. MD., Benign Prostatic Hyperplasia (BPH) and Lower Urinary Tract Symptoms (LUTS) in Men. P:177-185, The Consumer’s Handbook of Urological Health.

3 : Nickel C. J. MD., Roberts G.G. MD., ProstatitisandMaleChronicPelvicPain Syndrome. p:148-157, The Consumer’s Handbook of Urological Health.

4: Prostatite. Société Canadienne du cancer. Consulté le 26 août 2018.

5 : Statistiques. Cancer de la prostate Canada. Consulté le 26 août 2018.

6: Touma, N. MD., Izawa, J. I. MD., Saad, F. MD., ProstateCancer. p. 196-207. The Consumer’s Handbook of Urological Health.

7: Canadian Urological Association. Consulté le 26 août 2018.

8: Source: Summary Health Statistics: National Health Interview Survey, 2014. U.S. Department of Health and Human Services • Centers for Disease Control and Prevention • National Center for Health Statistics

9: Wake Forest Baptist Medical Center. September 6, 2016. It may be time to abandon dreaded digital rectal exam, research shows. Science Daily.

10 : Capurso, Cristiano, and Gianluigi Vendemiale. “The Mediterranean Diet Reduces the Risk and Mortality of the Prostate Cancer: A Narrative Review.” Frontiers in Nutrition 4 (2017): 38. PMC. Web. 27 Aug. 2018.

11 : Marcin, A., Reviewed by Chen, R., MD. 2017, Mar. 29. 6 Foods to Boost Prostate Health. Healthline. Consulté le 26 août 2018.

12 : Espinosa G., ND, LAc, CNS. Six Naturopathic Methods to Combat Prostate Cancer. The Integrative Urology Center

13 : Murray, M.T., ND., Pizzorno. J. ND., Prostate Enlargement. The encyclopedia of Natural Medicine. Third Edition. NY. Atria. July 2012. 915-922. Print. 

Ajouter un commentaire