Recette: macaroni au «fromage» à la citrouille

Recette: macaroni au «fromage» à la citrouille

La citrouille, bien qu'elle soit issue de l’agriculture locale, est bien souvent ignorée, voire même boudée en cuisine. Ses cousines, les courges d'été et d'automne, font pourtant bien partie de notre alimentation et sont même très accessibles en épicerie.

Chaque lendemain d'Halloween, je me désole de voir que plusieurs personnes ne recyclent pas en repas leur citrouille décorative. Pourtant, la citrouille se conserve pendant plusieurs mois et peut nous offrir, pendant l'hiver, un apport considérable en vitamine A et C ainsi que de puissants antioxydants. N'hésitez donc pas à conserver vos citrouilles entières dans un endroit sec ou alors à cuire et congeler sa chair pour des réserves hivernales. Vous pourrez vous en servir dans des recettes de gâteaux, muffins, potages et maintenant, dans ce macaroni au « fromage » qui deviendra, j'en suis certaine, une nouvelle recette adorée par toute la maisonnée.

Cette recette de macaroni est le parfait exemple d’un met réinventé. Que ce soit pour répondre à vos restrictions alimentaires, impressionner vos convives ou simplement pour recycler votre décoration d’Halloween, ce macaroni à la citrouille saura plaire à plus d’un. L’absence de produits laitiers passe tout à fait inaperçue, alors que sa couleur orangée est attrayante pour l’œil du gourmand et lui met l’eau à la bouche.

 

Four : 375 oF               Temps de préparation : 60 minutes            

Niveau : Intermédiaire                 

Nécessite : Robot culinaire ou mélangeur de grande puissance

 

Ingrédients :

  • 1 petite citrouille à tarte* (doit donner 2 ½ tasses de chair)
  • Huile d’olive
  • 1 gousse d’ail
  • Muscade
  • 2 c. à soupe de farine de riz
  • 2 tasses de lait de cajou non sucré (amande, soja, lin ou riz au choix)
  • 3 c. à table de moutarde de Dijon
  • 8 c. à table de levure nutritionnelle
  • Sel et poivre
  • 1 sac de macaroni de 450 g (sans gluten au besoin)

 

Ingrédients pour le sauté de chou frisé :

  • 3 c. à soupe d’huile d’olive
  • 3 belles grosses feuilles de chou frisé, hachées
  • 1 c. à soupe de jus de citron pressé
  • Sel et poivre

Préparation :

  1. Préchauffer le four à 375oF.
  2. Couper la citrouille en deux sur la longueur (de la cime vers le bas) puis vider son contenu de graines.
  3. Badigeonner la chair de la citrouille d’huile d’olive puis placer les deux moitiés sur une plaque à biscuit (face vers le bas, partie arrondie vers le haut).
  4. Cuire 40 minutes ou jusqu’à ce qu’un couteau transperce la chair aisément. Lorsque terminé, vider la citrouille de son contenu puis placer la chair (2 ½ tasses au robot culinaire).
  5. Pendant ce temps, faites cuire les pâtes alimentaires selon les recommandations inscrites sur la boîte. Égoutter puis réserver.
  6. Dans un grand poêlon, faire revenir la gousse d’ail dans 2 cuillérées à soupe d’huile d’olive.
  7. Ajouter la farine de riz puis la muscade, brasser légèrement. Saler et poivrer généreusement.
  8. Ajouter le lait de cajou puis laisser frémir le tout en fouettant de temps en temps.
  9. Ajouter le mélange de lait à la chair de citrouille se trouvant au robot culinaire.
  10. Ajouter la moutarde de Dijon puis la levure nutritionnelle.
  11. Mélanger le tout à haute puissance jusqu’à consistance homogène.
  12. Servir la sauce sur les nouilles de macaroni et garnir d’un sauté de chou frisé.
  13. Ajouter, au besoin, une protéine de choix : tempeh grillé, lanières de poulet, boulettes de viande de bison, etc.

 

Pour le sauté de chou frisé : faire revenir une gousse d'ail dans l'huile d'olive. Ajouter le chou frisé et les assaisonnements. Laissez cuire environ 2 minutes à feu moyen jusqu'à ce que le chou ait légèrement ramolli et que sa couleur soit plus vive.

 

*La citrouille à tarte, ou la petite citrouille, a une chair plus sucrée et moins amère que la grosse citrouille des champs. Vous pourriez facilement remplacer la chair de petite citrouille par celle de la grosse, en prenant soin d’ajouter une pincée de sel et légèrement plus de muscade afin de bien relever son goût.

Véronique Cousineau,

Naturopathe; RHN

Ajouter un commentaire