Mode de vie zéro déchet : comment diminuer son empreinte écologique

Mode de vie zéro déchet : comment diminuer son empreinte écologique

Le zéro déchet, c’est quoi?

La stratégie zéro déchet est très simple : diminuer la quantité de déchet que l’on produit annuellement en adoptant des habitudes de vie responsables et minimalistes. Vivre mieux, consommer moins!

Il est triste d’apprendre que les Canadiens sont les « champions » en termes de production de déchet. En effet, le Canadien moyen produit près de 720 kg de déchet par année : les habitants de la Nouvelle-Écosse arrivent tout de même premiers au pays avec 386 kg de déchet annuel et ceux de l’Alberta arrivent en dernier, avec 1 007 kg par an.

Moins du tiers des déchets est redistribué dans les facilités correspondantes, ils sont donc envoyés dans des usines de traitement de déchets. Cela dit, ces usines sont très dispendieuses et ce n’est pas toutes les villes qui peuvent se les permettre. Qu’arrive-t-il alors à nos déchets? Ils sont simplement déposés dans des décharges à l’air libre où leurs émanations toxiques peuvent circuler librement. Ce n’est pas peu dire, les installations existantes de compost au Canada ne sont utilisées qu’à 38% de leurs capacités et pourrait contenir 1,6 million de tonnes en plus!1

C’est pour faire un changement dans le monde pour notre présent et pour notre futur que la stratégie zéro déchet a été créé. D’une part, la stratégie suggère la modification des processus de stockage des déchets et d’autre part, la modification des processus de transformation. L’approche zéro déchet propose donc une gestion alternative des déchets2.

La stratégie zéro déchet a été prouvée comme étant bénéfique pour la planète, sans pour autant nous demander beaucoup plus de temps dans nos quotidiens, ni pour autant nous couter plus cher. Suffit de prendre les bonnes décisions, de se préparer d’avance et de foncer!

Le zéro déchet, c’est quoi?

Pourquoi est-ce qu’on entend beaucoup parler du zéro déchet?

On entend autant parler du zéro déchet parce que la cause écologique n’a jamais tenu autant à cœur à la population. Les scientifiques, activistes et personnalités célèbres engagés de ce monde sont formels : notre planète est en danger. Plusieurs rétorquent : elle est solide la planète, elle va tenir le coup. Mais bien entendu! Mais à quel prix? Plus de végétation? Plus d’eau pure? Un soleil tellement chaud qu’il nous empêche de mettre les pieds dehors en après-midi? Le cri d’alarme est grave, très grave. Il faut arrêter de dénigrer la science, de se fermer les yeux. Tout ceci est très sérieux.

Chaque jour, l’humanité produit des milliards de tonnes de déchets, ce qui entraine un réchauffement climatique, un empoisonnement de nos terres et de nos eaux. L’humanité, mais aussi la végétation et les animaux payent déjà amplement le prix des erreurs du passé. Si la détérioration de notre planète n’est pas maitrisée, les conséquences seront catastrophiques, et ce, dans un avenir pas très lointain.

Pourquoi est-ce qu’on entend beaucoup parler du zéro déchet?

Quels sont les effets du zéro déchet pour l’environnement?    

Nous avons déjà atteint le cap du +2 °C de réchauffement climatique, et ce, 32 ans avant la date préalablement estimée (2050). « Au-delà de + 2 °C, on commencera à sortir du système de climat actuel et, à + 4 °C, on entre dans un modèle inconnu, déclarait en décembre 2015 le climatologue Hervé Le Treut.

Selon les sommités dans la matière, il n’est pas trop tard pour stabiliser la dégradation climatique, mais il importe d’agir vite, et surtout, d’agir maintenant.

La stratégie zéro déchet est LE pas que le consommateur peut faire pour sauver la planète. En effet, un mode de vie écologique et minimaliste pourrait stabiliser la déchéance de cette planète qui nous supporte depuis si longtemps. Mais comment?

Prenons un exemple simple : les sacs en plastique. Saviez-vous que leur production utilise des produits pétroliers, de l’eau, de l’énergie et émet des gaz à effet de serre qui sont, entre autres choses, responsables du réchauffement climatique? De plus, la fin de vie des sacs de plastique est très nocive pour l’environnement puisqu’il n’est pas rentable de les recycler. Hé oui! Les sacs en plastique sont trop légers, ils se promènent ici et là au gré du vent, dans les villes autant que dans la nature et les recycler consommerait plus de ressources qu’ils n’en restitueraient3. Comme résultat, 80% des sacs en plastique ne sont ni recyclés, ni réutilisés. En optant pour des sacs réutilisables, on diminue grandement notre impact écologique. La stratégie zéro déchet apporte ces types d’avantages au niveau de l’environnement : moins de déchets = moins d’énergie/eau/gaz/pétrole utilisé.

Il est facile de pratiquer des centaines de petites actions vers un monde plus vert : dire non aux sacs en plastique est l’une d’entre elles.

Quels sont les effets du zéro déchet pour l’environnement?

Comment commencer le zéro déchet?

La Française Béa Johnson, auteure et activiste, mondialement reconnue, propose les principes suivants : refuser, réduire, réutiliser, recycler et composter

1- Refuser: un mode de vie Zéro Déchet commence toujours avec une prise de décision : il faut apprendre à dire oui à l’environnement et non aux commerçants qui nous proposent sans cesse des circulaires, des factures en papiers, des produits suremballés dans les épiceries et des sacs en plastique. Il faut accepter le fait que quelques personnes de notre entourage sourcilleront face à notre nouveau mode de vie. Il faut également se préparer, car une phase transitoire est obligatoire : utiliser ce que l’on a déjà à la maison avant de sauter à pied joint dans les achats, en vue d’un virage écologique. Par exemple, je possède énormément de plat en plastique de type             « tupperware ». Je sais qu’ils ne sont pas l’idéal en termes environnementaux, mais les jeter serait pire. Je vais donc les user à la corde avant d’échanger pour la vitre et/ou les sacs en coton.

2- Réduire: un mode de vie Zéro Déchet implique une réduction majeure de ses dépenses et utilisations. La bonne question restera toujours : en ai-je vraiment besoin? C’est LA question qu’il faut se poser, sans cesse. Une bonne idée serait de faire un gros ménage afin de voir ce que nous gardons, ce que nous pouvons donner et ce que nous pouvons réutiliser. Ça prend du temps, mais on est tellement fier une fois que c’est fait! Et n’oubliez pas que minimalisme rime avec facilité.

3- Réutiliser: un mode de vie Zéro Déchet encourage la réutilisation des biens. Quand j’étais petite, mon père utilisait toujours nos gilets troués comme essuie-mains dans son garage et nous donnions toujours les vêtements devenus trop petits aux friperies. Sans même le savoir, mes parents m’enseignaient subtilement la stratégie zéro déchet. Avec les années, je continue ces petites habitudes, particulièrement en ce qui a trait à donner aux friperies les vêtements que je ne porte plus…et tant qu’à y être, pourquoi ne pas en profiter pour y jeter un œil? Les friperies regorgent de petites trouvailles et représentent un pas de plus vers la stratégie zéro déchet.

Zéro Déchet : 5 règles

4- Recycler: un « must » du mode de vie Zéro Déchet! Le recyclage consiste à réintroduire des déchets dans un cycle de production pour fabriquer des produits neufs. Il s’agit probablement de l’étape que nous faisons tous, puisque les campagnes de sensibilisation commencèrent dès le début des années 1980 dans plusieurs villes canadiennes et même plus tôt en Alberta, où une régulation de recyclage des contenants de boisson gazeuse et de jus en plastique fut mise en place dès 1972. Recycler, c’est s’assurer que certains matériaux, comme le carton, le plastique, le verre, la porcelaine, les ampoules, le métal (et beaucoup plus encore) ne se retrouvent pas dans les sites d’enfouissement.

5- Composter: le petit dernier, mais non le moindre vers le mode de vie zéro déchet. Le compost semble en effrayer plus qu’un, mais il n’y a rien de tel pour un mode de vie zéro déchet. Une fois que la phase de transition est passée, il n’y a rien de plus facile. J’ai déjà eu un jardin adjacent à ma maison de ville, tout ce que j’avais à faire, c’était d’ouvrir la porte de ma cour arrière pour y lancer mes déchets compostables. J’avais l’air vraiment chic en pyjama à lancer mes coquilles d’œufs et mes épluchures de légumes après mon omelette matinale. Néanmoins, les légumes qui poussaient de ce jardin-là étaient délicieux, et engraissés avec du compost 100% naturel et 100% gratuit! À propos des épluchures de légumes, elles peuvent être très facilement réutilisées en cuisine pour éviter de les jeter, surtout si vous n’avez pas de jardin. Par exemple, vous pouvez les ajouter à un mélange de vinaigre, de sucre et de sel afin de les transformer en marinade maison. Une autre bonne astuce est de garder les pelures de citron au congélateur, en attendant d’être mélangé avec du vinaigre blanc : cela devient un excellent produit nettoyant complètement naturel.

Comment commencer le zéro déchet?

Est-ce que le zéro déchet est dispendieux?

Après la phase de transition, le mode de vie zéro déchet permet d’économiser entre 20% à 40% sur la facture finale. Par exemple, je vous encourage à apprendre à laver ce qu’il peut être lavé : couches, tampons nettoyants, filtres à café, certains mouchoirs… j’ai même une amie qui se nettoie avec une débarbouillette quand elle va à la toilette, elle garde le papier pour les « numéros deux ». À chacun sa méthode, mais si ça marche pour elle, moi je dis go!

La réutilisation permet également d’économiser : les feuilles d’assouplisseurs sentent bonnes et sont efficaces pour plusieurs utilisations, les conserves qui, une fois bien nettoyées, peuvent servir de contenant range-tout dans le garage, le verso des papiers imprimés peuvent être utilisés pour prendre des notes, les bouteilles de plastique peuvent servir comme mangeoire à oiseaux… sans parler de tout ce qui peut être réutilisé comme objets de décoration. Alors si vous êtes un tant soit peu artiste, laissez-vous aller!

Est-ce que le zéro déchet est dispendieux?

Et surtout, essayez d’acheter usagé. On participe ainsi à la diminution des déchets… en plus d’économiser significativement. De nos jours, il existe une multitude de sites internet où nous pouvons trouver des articles usagés et pratiquement chaque ville est représentée dans des pages de ventes sur Facebook. Sans oublier les ventes de garage, qui attirent encore et toujours des milliers de gens chaque été.

Un autre défi intéressant serait d’apprendre à concocter soi-même son maquillage ou ses produits nettoyants. Alors là, on économise vraiment. La majorité des ingrédients se trouvent à l’épicerie et ne coûte presque rien. Il existe plein de sites et de vidéos sur internet, je vous encourage fortement à faire vos petites recherches.

Trucs et Astuces

  • Apporter un contenant à l’épicerie et demander au boucher d’y mettre votre viande. Cela peut sembler gênant au début, mais rassurez-vous, votre boucher se fera un plaisir de vous aider! N’oubliez pas de demander au boucher de calculer la tare de votre contenant, afin de ne pas payer son poids.
  • Dans le même ordre d’idée, prenez vos viennoiseries, vos croissants ou votre pain dans un sac en tissu et vos produits secs en vrac dans des contenants de vitre.
  • Acheter en vrac. En effet, acheter en vrac est définitivement l’un des gestes qui aura la plus grande incidence sur la stratégie zéro déchet. Le vrac favorise la réduction des déchets, mais aussi des emballages inutiles. Il permet de diminuer le gaspillage alimentaire en offrant la possibilité de n’acheter que les quantités nécessaires, et évite ainsi aux consommateurs de stocker inutilement dans les placards.
  • Si un item en vrac à l’épicerie demande un code, au lieu de l’écrire sur un papier, prenez le code en photo ou encore inscrivez-le dans une appli de notes sur votre téléphone. Faites la même chose avec votre liste d’épicerie!
  • Acheter local. Les aliments qui viennent de loin ont dû être transportés sur des milliers de kilomètres afin d’arriver à nos supermarchés. Le coût environnemental du transport des aliments est énorme! De plus, en achetant local, on mange mieux, on mange frais et on encourage nos entreprises locales au lieu d’encourager les multinationales.

 

À la lumière de toutes ces informations, il ne reste logiquement qu’une seule question : Comment diminuer son empreinte écologique?

En commençant maintenant!

 

Isabel Curadeau

 

Sources

1 : http://www.lapresse.ca/environnement/201803/09/01-5156773-les-canadiens-produisent-de-plus-en-plus-de-dechets.php

2: Wikipedia

3: http://www.vedura.fr/environnement/pollution-sac-plastique

Photo 1 : Philippine : crédit photo Noel Celis

Photo 2 : Népal : Frank Bienewal,

Photo 3 : NA

Photo 4 : Le Parfait, F. Besset

Ajouter un commentaire